© 2016 by Emilie Moussin

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

Le changement fait peur...mais pas qu'à vous!

February 15, 2017

« Comment ? Vous avez osé ? Alors c’est décidé ? Vraiment vous partez ? »

 

« Heuuuu, oui, ça fait 3 mois qu’on en parle, 2 mois qu’on s’informe et 1 mois qu’on est dans le dur pour tout mettre en place… Tu croyais que j’étais parti 3 fois à Londres les semaines précédentes pour faire du tourisme ? Tu pensais que je me recyclais dans la photographie quand j’ai mis ma vie et mes souvenirs en vente sur le bon coin ? »

 

Vous l’aurez deviné, ôser le changement suscite inquiétude, questionnement et incompréhension. Entre ceux qui pensent que vous parlez beaucoup voire trop, ceux qui prennent les paris « alors selon toi info ou intox ? », ceux qui ne vous prennent pas au sérieux ou encore ceux qui vous diront « c’est super, wow beau projet » mais dès que ton dos est tourné s’en donnent à cœur joie pour te descendre voire espérer que tu te plantes et ceux, peut être le pire, qui se sentent investi d’une mission humanitaire et qui t’assomment de conseils alors qu’ils/elles font 36 avec tout ce qui a attrait au changement. Vous savez ceux qui plébiscitent la zone de confort à donf et pour qui risque = death.

 

Heureusement le train est en marche : Réflexion, Décision, Action.

 

Sachez que ce n’est pas parce votre démarche se concrétise qu’elle est réelle et sérieuse pour les autres. En effet, quand vous décidez de donner une nouvelle dimension à votre vie, il faut savoir que vous embarquez avec vous un bon nombre de personnes notamment celles qui se préoccupent de vous et s’inquiètent pour vous.

 

On a beau être majeur et vacciné, il n’empêche que lorsqu’on change nous avons une responsabilité envers ceux qui subissent malgré eux notre changement.

 

Qu’importe la mutation opérée, il y aura un impact sur votre entourage.

 

Vous démissionnez : ça inquiète car il y a des risques associés. Pas de rémunération, jugement (inconscient, fou, ridicule, téméraire, joue avec le feu…), si je mets trop de temps à retrouver un job ça va créer des tensions à la maison, je suis « inactif » quel regard va-t-on porté sur moi, la critique…

 

Vous créez une boite : ça fait peur, là encore c’est risqué mais il n’y a pas plus aléatoire que le business journey. Euphorie, stress, up&down, remise en question, tentation d’abandon, dépenses, nuits courtes, journées beaucoup plus longues, reproches du conjoint, fiscalité, comptabilité, logistique, la liste est longue.

 

Vous changez de vie : Bah là, vous prenez tous les synonymes de peur, panique et fou, et vous y êtes.

 

Le tableau dressé peut paraître pessimiste mais c’est juste la réalité et surtout du vécu.

 

Lorsque j’ai entamé ce processus de changement, je pensais que ça ne regardait que moi. Qu’à partir du moment où je ne demandais rien à personne (si quand même quelques bras sont venus nous aider à charger le camion de déménagement) pas d’argent, pas de piston, pas de faveur, qui était en droit de me dire quoi que ce soit ? 

 

J’ai toujours fonctionné comme ça en même temps. Quand j’étais dans un boulot qui ne me plaisait pas ou plutôt dont j’avais estimé avoir fait le tour du poste, je passais pas mon temps à me plaindre (8h au boulot c’est très long quand on aime pas ce qu’on fait…), direct Monster et compagnie ! Par conséquent, quand j’ai été dans une vie qui me correspondait plus et bien cap vers l’Outre Manche.

 

C’est facile à dire me direz-vous, certes ça requiert un certain temps de mise en place mais au final, ça se fait !

 

Qui dit changement dit ANTICIPATION, et oui il faut envisager divers scénarios du plus optimiste ou plus pessimiste. Cependant, ce que je n’avais pas anticipé, c’était l’impact de mes décisions relatives à ma nouvelle vie.

 

J’ai « coupé » mes enfants de leur environnement relationnel mais ce ne sont pas que mes filles qui ont subi les conséquences. Papi et Mamie n’ont rien demandé, ils n’ont pas choisi d’être éloignés de leurs petites filles, ils l’ont eux aussi subi. Idem pour les deux meilleures copines de mon aînée Kéké et Jannana. Inséparable depuis la crèche pour l’une et BFF pour l’autre. Heureusement la technologie, les WhatsApp, Skype et autres services nous ont sauvé.

 

Idem pour mon mari. Il m’a suivi dans mon audace s’en est suivi sa démission. Certes, il était  plus que partant, mais j’ai tout de même éloigné, un fils, un couz, un toons, un poto fidèle de son cercle. Encore une fois, ces personnes je les ai emmenés malgré eux dans mon aventure.

Ma team CECO a « sacrifié » sa vie dorée. Fini la posh life parisienne, adieu les cafés du mercredi matin avec les mamans de l’école, fini le cross fit et work out avec les Musclors pour my boo, bye bye les déjeuners dominicaux chez mes beaux-parents, ciao les soirées jeu chez ma V., fini les gossip mastermind avec Shel, MP.et Doda, sans oublier ma Po, my little finger et ma Paoche.

 

On manque aux uns, les autres ne cessent de s’inquiéter pour nous et dès lors on réalise qu’on joue un rôle dans la vie de notre entourage, que dans certains cas c’est nous qui portions un groupe, une routine alors pour éviter l’ulcère à vos proches, attention à ce que vous faites et à votre manière de communiquer. En effet, une petite habitude modifiée, un rituel aboli, un rire moins éclatant peuvent attiser l’imagination et engendrer un vrai quiproquo. J’ai éveillé votre curiosité ? Cool ! Il ne vous reste plus qu’à visionner la vidéo et découvrir comment un banal propos, une information mal interprété a généré la crise du siècle.

 

Audacieusement vôtre,

EMI

 

Please reload

SUIS-MOI

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon

NE MANQUES RIEN

ARTICLES RECENTS

Please reload

C A T E G O R  I  E

Please reload